Le socle commun n’a pas remplacé l’évaluation classique

Je souscris aux propos de Philippe Meirieu dans la Lettre de l’Éducation du 27 juin, sur le socle commun : la révolution n’a pas eu lieu, car « le socle, mis en place à travers le livret de compétences, ne vient pas se substituer, mais s’ajouter à l’évaluation classique… Nous avons deux logiques, celle des programmes et celle des unités capitalisables, qui se contredisent… Il faut aller jusqu’au bout : mettre en place une évaluation fondée sur les unités capitalisables (à la place du contrôle continu ou de l’examen final), viser l’acquisition d’une culture commune, différencier les parcours, supprimer le redoublement. »

Entièrement d’accord !

À propos de Jérôme Saltet

J'ai 50 ans, je suis marié et j'ai 3 enfants. Mon fils aîné a 21 ans et est en première année d'école de commerce. Ma fille a 18 ans et va passer un bac littéraire. Mon plus jeune fils a 11 ans et vient d'entrer en 6e. Ils ont tous les trois suivi leur scolarité dans les écoles publiques de notre quartier, à Paris.
Cette entrée a été publiée dans revue de presse. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>